Poesies

poesies d'hier et d'aujourd'hui...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le calice de boue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambrecerise



Nombre de messages : 0
Localisation : sous le soleil exactement
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Le calice de boue   Mar 2 Mai - 16:57

Homme, qui profane mes sillons et déchire mon ventre en amère curée. Dans l’impuissance des lendemains, ma vie expire doucement oblitérée dans ton absurde folie.
Regarde, l’Homme, regarde alentour. Je ne suis plus qu’un butin qui remplit tes cales, un réservoir aux charrois de saletés que les pores de ton humanité excrètent vers mes reins saturés. La rosée de mon sépulcre transpire la fièvre pourpre de la lie que tu inocules en mes veines.

Oui, toi, l’Homme ! Avant le jour du soleil noir, décloue tes paupières d’asphalte -fausse pudeur d’indifférence - gris-veule qui voile de glu ta conscience
Ne vois-tu pas ? Ton assentiment muet est patine de noirceur aux strates de ma carapace tandis que se greffent en mes entrailles tes moisissures de civilisation.
Ne vois-tu pas les lignées que tu enfantes - mort-nés d’une terre qui fut belle – à l’ombre de nuages qui pleurent leur ciel de suie, en-deça de balayures crasseuses soufflées toujours un peu plus loin au seuil de l’autre…?

Homme, se peut-il que tu m’aimes, terre nourricière qui te donnai le jour à l’esquisse du monde ? Se peut-il que tu aimes tes fils que tu condamnes à l’écume fuligineuse de l’éternité ? Se peut-il que tu épargnes – miséricorde ? – le souffle de tous les frères que tu enterres dans la fange des cratères de la modernité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le calice de boue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poesies :: Poésies d'auteurs contemporains :: Poésies Libres-
Sauter vers: