Poesies

poesies d'hier et d'aujourd'hui...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 suite6 l'alzheimer du rire aux larmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
EDEN BLU
Invité



MessageSujet: suite6 l'alzheimer du rire aux larmes   Mar 29 Mar - 0:41

Marie est derrière la porte d’entrée de Madame Nada le lendemain et s’apprête à sortir lorsque la sonnette retentit. Elle sursaute tout en disant « entrez ». C’est le médecin.
-Waou ! Doc. ! Bonjour, pas bien de me faire peur ainsi.
-Heu ! Bonjour, je ne pouvais pas deviner que vous étiez derrière la porte, désolé de vous avoir effrayée, vous partiez ?
-Oui, il faut que j’emmène ma fille à la gare, donc je suis venue plus tôt ce matin.
-Ah ! Bon, votre fille part en vacances ?
- Mais non, doc. Elle rentre chez elle à Chartres. Elle y habites depuis 2 ans.
-Ah, j’ignorais qu’elle ne vivait plus avec vous et que fait-elle là bas ?
-Elle a travaillé un an dans un lycée et là, elle prépare un diplôme de secrétariat médical.
-Oh, c’est bien cela !
-Oui, si on veut Doc. ! Ils sont durs, les cours, faudrait pratiquement faire médecine, avoir à portée de main dictionnaire pour l’orthographe des médicaments et un décodeur pour comprendre les cassettes jointes au cours. Grave ! Because on ne comprend rien, ils n’articulent même pas. C’est un véritable casse-tête chinois. On perd un temps fou à essayer de comprendre.
-Ah bon ! A ce point !
-Oui, j’espère que vous ne faites pas pareil, sinon, je plains toutes les secrétaires. Déjà que les pharmaciens se cassent la tête à déchiffrer les ordonnances. Si les secrétaires se plantent en les écrivant, aïe, aïe, aïe !
-Heu, oui effectivement, pauvres patients.
-Bon, je me sauve, sinon, ma diablesse va louper son train, bye Doc.
-Au revoir, Marie.
Ce soir là. Claude arrive chez sa mère et trouve Marie préoccupée à chercher quelque chose dans le placard.
-Bonjour, Marie, bonjour maman.
-Bonjour Claude.
-Bonjour dit mamie.
-Vous avez perdu quelque chose Marie.
-Non, du tout je cherche le fil.
(Claude éclate de rire)
-Le fil, le fil de quoi. De la conversation, de fil en aiguille, fil d’Ariane, fil du rasoir, fil à la patte.
(Marie ris à son tour)
-Heu, pardon ! Non du tout, je parle mal, je cherche du fil pour recoudre des boutons à la blouse de votre maman.
-Oh, attendez ! Je vais vous donner la boîte à couture. En fait elle est perchée en haut du placard derrière les serviettes. (Claude monte sur une chaise et attrape la boîte)
-Effectivement je ne risquai pas de trouver, merci.
-De rien, au fait je me suis bien amusée hier en lisant votre mot explicatif de maman cherchant la lumière et à propos du jeu d’ombre .Et je me suis régalée avec maman, vous êtes géniale Marie. Par contre cela n’a pas été du goût de Dominique. Elle n’a pas voulu se joindre au jeu et m’a traité de folle. Elle n’est pas marrante.
-Aïe ! Sûr que ce n’est pas facile avec elle.
-Elle dit que je perds la boule, je lui ai demandé laquelle ?
-Hé ! Hé ! Vous êtes subtile Claude. J’adore comme vous jouer sur les mots, sur les doubles sens, cela prête à quiproquo, à confusion, à rire, les sous-entendus font mouches.
-Oui, c’est vrai répond Claude. Tiens au fait, me suis demandée ce que fera maman si un jour l’aspirateur tombe en panne !
-OH, oh ! Moi je sais. J’ai prévu
-Ah bon ! Tiens donc !
-Oui, j’ai parade, avec filet à papillon, ainsi madame votre mère chassera Al en silence.
-Certes ! Mais la poussière. Ce n’est pas le filet à papillon qui va la ramasser.
-Non ! Y’aura le balai, le filet c’est pour occuper madame votre mère, ainsi elle s’amusera à attraper Al, et les ombres sur le mur. C’est le filet double emploi.
-Bonne idée ! Je vois bien le tableau cela serait amusant de tester maman, séance rire assuré. M’en vais aller de ce pas faire ce fabuleux achat. Marie, vous êtes géniale !
-Je n’en doutais pas !
-Je sens que l’on va bien rire mais c’est Dominique qui risque de ne pas apprécier.
-Oups ! Là, je suis d’accord.
-Bon ! Je me sauve, au revoir Marie, à ce soir maman.
-Au revoir Claude.
-Oui, à ce soir ma reine répond mamie.
-Oh ! Oh ! Maman jeu de mot, j’aime te retrouver ainsi.
-J’aime assez aussi dit mamie. Claude partie mamie s’inquiète. Dîtes madame, moi le tuyau il me parle pas quand je cause dedans dit-elle en désignant le téléphone. Comment faut-il faire ?
-Madame Nada, ceci est un téléphone et pour avoir quelqu’un en ligne, il faut composer un numéro sur le cadran.
-Ah ! Vous voulez bien me montrer !
-Bien sûr ! Mais qui voulez vous appeler ?
-Je ne sais pas !
-Aïe ! Mais bon, je vais tout de même vous expliquer, vous avez un calepin avec des numéros, vous prenez par exemple le numéro de votre fille, vous le composez sur le cadran. Vous mettez le téléphone à votre oreille. Vous attendez que cela sonne et que votre fille décroche et vous lui parlez. Et si cela continue de sonner c’est qu’elle n’est pas là, si cela sonne occupé c’est qu’elle est déjà en ligne avec quelqu’un alors vous raccrochez et vous la rappelez plus tard.
-Ah, et si elle n’est pas là, je fais quoi ?
-Vous raccrochez, madame Nada.
-Et si elle parle.
-Et bien vous lui répondez.
-Oui, mais je dis quoi ?
-Ben tout ce que vous voulez ! Vous désirez faire un essai.
-Je veux bien.
-On appelle chez moi. Je vous préviens, il n’y a personne, vous allez avoir le répondeur mais vous pourrez me laisser un message, si vous le voulez (Mamie heureuse d’avoir le téléphone dit çà sonne chez vous, y ‘a quelqu’un qui me répond)
-Oui, c’est la boîte vocale !
-Non ! C’est vous, c’est votre voix !
-Certes, c’est ma voix sur le répondeur, mais ce n’est pas moi, puisque je suis là. Vous m’embrouillez, madame Nada ! C’est moi sur cassette, c’est ma voix, je l’ai enregistrée, mais je ne suis pas chez moi. C’est une machine qui répond.
-Oui, mais, vous êtes chez vous.
-Non je n’y suis pas !
-Bon ! Si vous voulez, et bien je vous dis bonjour dans le tuyau et je fais quoi après ?
-Après, vous raccrochez (Marie recompose le N° pour Mamie car cela a coupé.)
-D’accord ! (Mamie reprend le téléphone mais à l’envers, ce qui fait qu’elle n’entend rien, elle parle là où elle doit écouter.) Je ne vous entends plus, dit-elle. Ce n’est pas normal.
-Ah, évidemment, si vous tenez le téléphone à l’envers, cela ne risque pas de fonctionner correctement.
-Oh ! C’est vrai, là j’entends, c’est vous !
-C’est très bien, vous pourrez me laisser un message.
-Je ne vous entends plus.
-Dans ce cas, c’est à vous de parler et ensuite vous raccrochez.
-D’accord ! (Mamie dit alors « bonjour madame, c’est moi, je vous fais un petit coucou, je raccroche. Puis elle joint le geste à la parole et repose le combiné)
-Madame Nada, lorsque vous appelez comme vous le faites, la personne en ligne, si vous lui dites « c’est moi » n’est pas sensée savoir qui lui dit cela, ni reconnaître votre voix. Donc, il faut que vous lui laissiez votre nom et votre adresse. Voulez-vous que je vous fasse un pense bête que l’on mettra au mur pour que vous vous rappeliez.
-Oui, je veux bien (Marie prend une feuille et un stylo et inscrit tout dessus, puis elle scotche le mot sur le mur.
-Dîtes-moi demande mamie, si je perds la lumière à qui je dois demander de me la redonner ?
-A EDF ! Madame Nada, voulez-vous que je vous note le N° de téléphone d’EDF sur le papier.
-Oui, je veux bien merci !
-Voilà ! Vous voulez d’autres renseignements !
-Non ! C’est gentil merci
-Bon ! C’est très bien. Je me sauve dans ce cas à demain. (Marie à peine partie, madame Nada prend le téléphone et compose le N° EDF)
-Voyons, EDF, voilà, je fait le N°, j’attends, ça sonne, on décroche, je parle. Allo, EDF ! J’ai perdu la lumière. Vous pouvez me la rendre. (Mamie ayant branché le haut parleur, on entend l’interlocuteur « Bien sûr, vous êtes ? » Je suis madame Nada, 5 impasse du Paradis à ST MAXIMIN. « J’ai pris note madame je vérifie, ne quittez pas » D’accord, j’attends, merci, vous êtes gentil monsieur. (Mais comme personne ne répond mamie s’inquiète (Allo, allo ! Monsieur vous êtes là. (La voix résonne de nouveau pour dire : »Je viens de vérifier. Je ne comprends pas. Vous avez de la lumière chez vous normalement, madame. » Ah, oui ! C’est parce que je veux jouer avec mon autre moi sur le mur, alors il ne faut pas que je perde la lumière, mais si vous me dîtes que je l’ai. C’est bien. »Il ne faut pas jouer, madame, c’est quoi cette histoire de fou avec un autre moi sur le mur, nous ne sommes pas le premier avril, arrêtez de jouer dis le monsieur fâché au téléphone. » Ah, ça non ! dit mamie. J’aime jouer avec mon moi sur le mur et faut pas me perdre la lumière. «Ne vous inquiétez pas la lumière, vous l’avez. Ne téléphonez que si vous ne l’avez pas, au revoir madame, bonne journée. » Au revoir, monsieur, merci. (Mamie raccroche et appelle Marie. Je fais le N°, j’attends, ça sonne, on décroche, je parle. Allo, Marie, c’est madame Nada, j’ai appelé EDF pour la lumière, ils ont dit qu’ils ne me l’avaient pas pris. « BONSOIR ! Madame Nada. J’en suis heureuse pour vous, bonne nuit » Oui bonne nuit. Mamie raccroche et va se coucher. Le lendemain matin, madame Nada a vu une pub dans le journal. Elle lit à haute voix « Si vous désirez une pizza à domicile, appelez, nous après avoir fait votre choix » (Mamie arrête son choix sur une pizza puis téléphone) « Je décroche, je compose le N°, j’attends, ça sonne, on décroche, je parle. « Oui, j’entends bien que vous me parlez répond la personne en ligne, vous désirez. » Je suis madame Nada, 5 impasse du paradis à ST MAXIMIN, j’aimerai une Margarita. « Très bien, j’ai noté, votre adresse et votre commande, vous désirez être livrée ce matin ? » Oui, merci, madame, au revoir madame
(Et elle raccroche puis voyant son propre N° de téléphone sur le mur. Elle se décide à s’appeler. Marie arrive et trouve madame Nada au téléphone.
-Décidément, bonjour ! Madame Nada. Qui appelez-vous ?
-Je m’appelle moi, pour voir si je me réponds (Marie éclate de rire)
-Cela ne risque pas lui dit-elle, ça va sonner occupé.
-Ah, et pourquoi ?
-Et bien parce que vous, vous appelez vous-même.
-Je ne comprends pas dit mamie, lorsque je vous appelle et que vous êtes avec moi, chez vous cela réponds, alors pourquoi chez moi personne ne le fait.
-Parce que vous n’avez pas de répondeur et que vous, vous appelez, donc vous occupez la ligne et donc ça sonne occupé. Il n’y a personne qui répond voilà.
-Ah, bon, donc je ne peux pas m’appeler !
-C’est cela. Marie vaque à ses occupations quand on sonne à la porte. Elle va ouvrir.
-Livraison de pizza à domicile, bonjour madame, vous avez commandé une Margarita, la voici cela fait sept euros.
- Oups ! Madame Nada, vous avez commandé une pizza. (Crie Marie depuis l’entrée)
-Oui, elle est là. Oh ! Comme je suis contente.
-Certes…..Mais il faut arrêter de téléphoner. Je vous offre la pizza, madame Nada, mais faut promettre de ne pas recommencer parce que vous n’avez pas d’argent chez vous. (Marie règle et récupère la pizza, puis la pose sur la table)
-Oh ! Merci. Je suis heureuse dit mamie et elle embrasse Marie.
-Oui, mais il ne faut pas refaire, sinon, je vous confisque le téléphone.
-Ah ! Non alors, après je ne pourrais plus appeler EDF si on me pique la lumière. Dites, madame, il est quelle heure ? Je ne le sais même pas.
-Bonne question, madame Nada, je n’ai pas ma montre et votre pendule est arrêtée. Nous allons téléphoner à l’horloge parlante et nous le saurons. (Marie compose le N° et par acquis de conscience l’inscrit au mur pour mamie, puis elle remet la pendule à l’heure.) Vous allez pouvoir déguster votre pizza dit-elle, il est temps de passer à table.
Revenir en haut Aller en bas
 
suite6 l'alzheimer du rire aux larmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'ALZHEIMER DU RIRE AUX LARMES (*)
» Rire aux larmes
» alzheimer
» Vendredi 2 novembre
» Rire à chaudes larmes (Humour)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poesies :: Théatre :: Plein feu sur les planches !-
Sauter vers: