Poesies

poesies d'hier et d'aujourd'hui...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bas les masques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Invité



MessageSujet: Bas les masques   Lun 14 Mar - 4:52

Les masques ne viennent jamais seuls. Nous les posons, un à un sur notre visage.
Dans les coulisses mystérieuses des détresses dont on ne peut se défaire.
Dans l’obscurité de la lumière crue, saillante, perçante, vorace de l’en-dedans de l’Etre.
Contact.
Les doigts fouillent le fard blanc. Lisse et blanc. Onctueux. Comme la chaude couverture contre l’hiver de glace. Fard tiède. Température idéale. Trompeur déjà. Tiède comme la peau. Onctueux comme la peau. Lisse et blanc. Comme elle. Il en est presque sensuel. Vacherie ! Il ne manquerait plus que ça !
Doigts maculés du ciment-geôle de notre chaos.
Déjà, ils ne sont plus doigts. Ils sont verrou. Mais le sait-on ? Le sait-on, quand ils approchent lentement ce visage à voiler, à cacher, à enfouir, à vomir, à soustraire, à haïr, à oublier, à enfoncer dans la terre plus profondément que les racines de l’arbre ancestral… Le sait-on…
Quelques minutes à peine ont suffi.
Vingt ans. L’éternité.
L’éternité toute entière entre l’instant où mes doigts parcourent la distance qui les sépare de mon visage. C’est long, l’éternité ! On a le temps de tout revivre, de tout refaire sans rien changer. On ne peut pas changer ce qui a vécu. On a le temps, une dernière fois, de refaire ce parcours. Les yeux dans les yeux de soi. Tout y est. J’ai vérifié. Tout y est.
Contact.
Ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient.
Barbouiller le visage. Tout le visage. Méticuleusement. Soigneusement. Attentivement. Passionnément. Ce sera le dernier geste passionné. Il faut le déployer. Lui donner son plein sens. Le sentir précis, volontaire et tenace. Dans la persévérance de l’extrême. Accomplir le chemin inverse.
Les doigts s’activent. Pommettes, front, tempes, les paupières, l’arête et les ailes du nez, le tour des lèvres, les lèvres même, le menton, le cou, les oreilles… Ils cimentent les doigts. Ils plombent de blanc la chair d’antan… déjà d’antan… déjà… quel gâchis !
Refaire le chemin en sens inverse. Quitter l’ombre de la lumière et entrer dans la lumière de l’ombre.
Barbouiller. Boucher les pores de la peau qui n’est plus peau déjà. Qui n’est plus que l’en-dedans, comme l’est l’en-dedans d’avant depuis toujours.
Le faire vite et lentement.
Pour ne pas penser. Ou pour y penser pour la dernière fois…

Avant de les ôter un à un, il faut les avoir posé un à un.
Dans l’anti-naissance de soi-même.
Ou dans la pré-mort.
C’est la même chose.

Romane - Novembre 2004
Revenir en haut Aller en bas
 
Bas les masques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des masques originaux...
» Rêveries de Masques (Patrick) - PC
» VALLA Kristoff - Le secret des masques - Coeur de Jade, Lame du Dragon tome 1
» COEUR DE JADE (Tome 1) LE SECRET DES MASQUES de Kristoff Valla
» Comment faire des masques pour figurines?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poesies :: Poésies d'auteurs contemporains :: Prose poétique-
Sauter vers: